image

TECHNOLOGIE


La mobilité : une question d’intelligence

S’il y a une image qui vient à l’esprit lorsqu’on parle de mobilité intelligente, c’est probablement la vision futuriste d’une ville fourmillant de voitures sans conducteurs. Bien qu’il s’agisse d’un portrait intéressant, la question de la mobilité intelligente est nettement plus vaste. Découvrez dans le présent texte pourquoi il est essentiel de créer un écosystème holistique de mobilité intelligente au sein de nos espaces urbains.


Se déplacer dans un environnement urbain densément peuplé n’est pas chose facile et de nos jours, cela nécessite souvent d’utiliser plusieurs modes de transport. La plupart de nos villes sont assez bien équipées et offrent de nombreuses possibilités de déplacement : métros, trains de banlieue, tramways et autobus, véhicules personnels, services de covoiturage ou encore transports actifs, comme les vélos électriques. En fait, les choix ne manquent pas.

Mais bien souvent, les différents éléments de ces systèmes de transport multimodaux sont partiellement ou complètement isolés les uns des autres, laissant à l’utilisateur la responsabilité de planifier son déplacement en reliant les différents systèmes qu’il utilisera.

La prochaine étape dans l’évolution technologique est la mobilité intelligente. La mobilité intelligente n’a pas de définition unique. Elle englobe plutôt plusieurs tendances de pointe dans le domaine de la mobilité, qui permettent de déplacer les personnes et les biens grâce à une technologie, à des données et à des analyses plus connectées, et ce, de manière à assurer un équilibre entre sécurité, efficacité, confort, durabilité, capacité, inclusion, équité et rentabilité. La mobilité intelligente comprend la mobilité en tant que service (MaaS) et la mobilité à la demande (MOD), ainsi que d’autres services destinés aux propriétaires de véhicule personnel, tels que la recharge des véhicules électriques, les péages, le stationnement ou les péages de congestion.

La mobilité intelligente peut également combler les lacunes de nos différents systèmes de transport en les reliant automatiquement à l’aide d’une plateforme centralisée. Imaginez n’avoir à utiliser qu’une seule application pour configurer un déplacement et réserver automatiquement une voiture Uber pour vous rendre à la gare en plus des billets de train? Ce serait possible avec une plateforme de mobilité intelligente, qui combinerait facilement les services de transport publics et privés et fournirait un point de contact unique à l’utilisateur final.


Les liens invisibles

La majorité d’entre nous consacrent peu de temps à réfléchir à nos réseaux de transports, sauf, bien sûr, lorsque quelque chose ne tourne pas rond. Pourtant, les systèmes de mobilité sont les liens invisibles qui connectent les différents aspects de nos vies; après tout, nous nous déplaçons sans cesse.

Les investissements en matière de transport intelligent sont énormes, et les embouteillages deviennent un défi de taille au cœur des grandes villes. En parvenant à rendre nos systèmes de transport plus efficaces et en utilisant les transports en commun et la mobilité personnelle d’une manière intégrée (c’est-à-dire, en conciliant divers besoins avec différents déplacements), nous pouvons améliorer la sécurité et l’efficacité des différents réseaux de transport.

L’amélioration de l’efficacité repose sur un défi ultime : connecter les différents liens. Imaginez, par exemple, un colis expédié de Wawa, dans le nord de l’Ontario, se dirigeant par messager vers Toronto, et un groupe d’amis parcourant le même trajet en véhicule. En utilisant les technologies intelligentes pour jumeler les deux déplacements en un seul, non seulement on obtient une économie de coûts pour le groupe, mais on crée aussi un réseau de transport plus efficace.

En parvenant à rendre nos systèmes de transport plus efficaces et en utilisant les transports en commun et la mobilité personnelle d’une manière intégrée, nous pouvons améliorer la sécurité et l’efficacité des différents réseaux de transport.

La mobilité intelligente au quotidien

Il existe une foule d’applications de mobilité intelligente, chacune possédant de multiples usages, et ce, même pour les personnes parcourant le même trajet chaque jour.

Prenons l’exemple d’une personne qui habite en banlieue et qui souhaite se rendre au travail dans la grande ville. Plusieurs options s’offrent à elle au quotidien : utiliser les transports en commun comme l’autobus, le système léger sur rail ou le train régional, conduire son propre véhicule ou encore employer les services d’une entreprise de réseau de transport pour la mobilité partagée. Mais comme nous le savons, les gens aiment suivre une certaine routine, et leur utilisation des modes de transport en commun varie donc rarement.

Dans les grands centres urbains, plusieurs personnes s’inscrivent au service d’alerte pour savoir s’il y a des perturbations dans leur mode de transport ou sur leur trajet habituel, ce qui peut les inciter à utiliser un mode de transport différent, par exemple s’il y a un accident de la route ou si une perturbation sur la ligne de train régional demande sa fermeture. Il est vrai que les individus peuvent être portés à envisager des modes de transport alternatifs, mais il est peu probable qu’ils les explorent sans y être fortement motivés.

Mais alors, que se passerait-il si chaque jour leur mode de transport était optimisé en fonction d’un certain nombre de facteurs, par exemple, entre autres, la météo, la fiabilité du mode de transport, le prix d’un trajet ou le besoin en exercice de l’individu?

Ainsi, une journée ensoleillée de printemps, votre interface de mobilité intelligente vous recommandera d’utiliser un vélo électrique pour une portion du trajet ou bien de marcher sur une plus grande distance, car vous aurez indiqué dans vos réglages que vous voulez intégrer le transport actif ou faire davantage d’exercice dans votre journée. Ou encore, en hiver, à l’annonce d’un blizzard, l’interface planifiera votre déplacement du matin en mobilité partagée, tandis qu’il vous indiquera de prendre le train pour le retour à la maison.

L’avenir de la mobilité intelligente reposera sur les données et leur analyse, afin de déterminer la manière optimale de se déplacer en fonction de l’évolution de facteurs comme les conditions météorologiques de la journée, ainsi que les préférences, les capacités et les besoins de l’individu.

La gouvernance des données

Pour tenir les promesses de la mobilité intelligente, nous devrons mettre en place de robustes systèmes de gouvernance des données, établir des relations avec les nombreux intervenants publics et privés concernés et faire en sorte qu’ils adhèrent à nos systèmes en plus de jeter les bases d’un mode de déplacement plus intelligent.

Ce processus dépend d’étapes essentielles telles que la fusion et l’intégration de plateformes de mobilité intelligente, l’instauration d’un dialogue continue entre les secteurs public et privé et la facilitation de communications importantes en matière de gouvernance de données. Pour y parvenir, il est crucial de s’assurer que les données recueillies sont du même type afin que la comparaison soit légitime. De plus, il faut déterminer quels règlements et processus doivent être mis en place pour permettre un partage de données qui réduit au minimum les risques et les préoccupations en matière de confidentialité. Nous devons également assurer l’équilibre entre les nouvelles lois ou politiques et garder un esprit critique par rapport aux paramètres sur les données à recueillir afin d’évaluer si elles sont efficaces. Au bout du compte, cet effort repose principalement entre les mains du secteur public.

En effet, ce dernier a le pouvoir d’influencer plusieurs facteurs grâce aux politiques et à la tarification qu’il met en place, ayant ainsi un réel impact sur le comportement des individus et les incitant à utiliser différents modes de transport. Le secteur public peut également fournir une grande partie du financement nécessaire aux différents paliers du gouvernement.

La mobilité intelligente est une question de vision à long terme : elle demande du temps et une approche itérative. Toutefois, commencer le travail maintenant avec des pratiques solides et cohérentes sur la gouvernance des données permettra de simplifier grandement le processus.

Des systèmes de transport durables

Comme tout système qui sous-tend un si grand nombre d’aspects de notre vie, il est essentiel de prendre en compte les tendances et les scénarios futurs dans la planification des systèmes de mobilité intelligente. Pour être qualifiés de durables*, les systèmes de transport doivent invariablement offrir plusieurs options de mobilité à un prix équitable qui sont inclusives, accessibles à tous, pratiques et faciles à utiliser, et ce, pour un vaste ensemble d’utilisateurs. Les composantes du système, soit les infrastructures, les véhicules et les technologies, doivent bien entendu être conçues de manière à affecter le moins possible l’environnement.

Cela peut sembler un défi de taille, mais il existe plusieurs exemples de systèmes de transport durables ailleurs sur la planète. Prenons par exemple Copenhague, où il est souvent plus rapide et facile d’enfourcher un vélo pour se déplacer que d’utiliser la voiture, ou encore Singapour, où le système de transport en commun permet aux habitants de voyager d’une zone à l’autre de la ville moyennant un coût relativement faible. L’alliance de l’urbanisme et du processus décisionnel en matière de transport explique en grande partie la réussite de ces systèmes. Toutefois, nombre de villes n’ont pas été construites sur cette base.

Les temps incertains que nous vivons présentement sont une occasion pour les urbanistes de tester de nouvelles façons d’offrir des options de transport durables et de cerner les approches permettant de mieux répondre aux besoins de tous les usagers futurs des transports. Ainsi, les variations saisonnières dans certaines villes, que ce soit les froids intenses en hiver ou les chaleurs accablantes en été, peuvent poser des défis aux usagers qui dépendent des transports actifs toute l’année. Si nous voulons traduire la hausse actuelle de l’utilisation des transports actifs en un changement durable, nous devrons examiner comment continuer à faire en sorte que ces options de transport actif et de micromobilité demeurent fonctionnelles, peu importe les conditions météorologiques. Pour cela, nous devons nous pencher sur la conception des infrastructures en tant que telles et de leur environnement immédiat, l’aménagement des commodités (notamment les aires de repos, l’éclairage et les stations de réparation de vélo) et la façon d’exploiter et d’entretenir nos infrastructures (p. ex., le déneigement).

À une époque où les communautés commencent une transformation marquée par l’évolution des modes de travail et un changement par rapport aux lieux où les individus choisissent de s’établir, les urbanistes doivent penser à la façon de répondre aux besoins de transport de plus en plus dispersés dans les zones à plus faible densité de population. Les systèmes de mobilité intelligente, les nouvelles technologies et l’automatisation peuvent grandement contribuer à satisfaire ces besoins en constante évolution.

* Les liens marqués d’un astérisque ne sont disponibles qu’en anglais.

Partagez :

Plus d’histoires :